le projet

Un site-Historique → 

Le 21 avenue du Maine est un lieu de mémoire, un des îlots témoins de la vie artistique de Montparnasse, composé d’un ensemble d’ateliers implantés depuis le début du siècle dans une petite impasse dont les bâtiments en brique et verre sont enfouis sous la vigne vierge.
C’est dans son atelier que Marie Vassilief créa la célèbre cantine des artistes de 1902 à 1929, qui a réuni Braque, Max Jacob, Modigliani, Picasso, Ortiz, Matisse. En 1995, l’allée a été menacée par un projet immobilier, les occupants ont alors mobilisé les habitants du quartier et des personnalités du monde de l’art et du spectacle.
La Ville de Paris devenue propriétaire de l’allée reconnaissant le caractère historique, véritable patrimoine artistique du quartier et de Paris décide de suspendre son projet et de dédier l’allée aux projets culturels. En juin 1998, l’association du musée du Montparnasse crée par Roger Pic ouvre ses portes et présente des collections et des expositions sur les artistes de Montparnasse.
La même année une imprimerie de l’allée ferme ses portes, laissant 500 mètres carrés vacants.
Les occupants de l’allée décident de proposer un ensemble de projets culturels dont Immanence qui ouvre ses portes le 25 janvier 2000.

Présentation → 

L’espace d’art Immanence a ouvert le 25 janvier 2000 au 21 avenue du Maine 75015 Paris, à l’initiative de Cannelle Tanc et de Frédéric Vincent, diplômés de l’École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris. Depuis, plus d’une centaine d’expositions et d’évènements s’y sont succédé.

Immanence est un lieu d’exposition, de diffusion, de production, d’expérimentation en faveur de la jeune création contemporaine, rendant compte des divers champs artistiques actuels.
Nous sommes à une époque où la forme Art contemporain est aujourd’hui achevée. Nous sommes entrés dans la première période de cette forme actuelle qui n’est pas nommée, ce qui est d’ailleurs passionnant. Le paradigme de cette nouvelle forme caractérisée par son éclatement, sa multitude et son hétérogénéité.
C’est dans cette volonté de montrer une nouvelle forme que nous œuvrons.

Immanence est ce que nous appelons désormais un artist-run space, que nous pouvons aussi qualifier d’espace non-profit, de galerie associative, de lieu indépendant ou de centre d’art autogéré comme le disent nos amis canadiens.

Considérant les œuvres d’art comme des archipels ayant besoin d’un plan de consistance qui leur permet de respirer, vivre et se déployer. Un plan d’immanence favorisant des rencontres inattendues, fortuites. Un espace d’exposition considérée comme un terrain d’expérimentation où se déploient des œuvres de toutes natures. Valérie Ktourza rappelle : « C’est dans cet endroit préservé des outrages du temps et des modes qu’officient Cannelle Tanc et Frédéric Vincent, deux jeunes artistes qui ont représenté la scène française lors de la Force de l’Art 02 au Grand Palais. Les objectifs d’Immanence ? Répondre au besoin croissant d’exposition et montrer de la création toute fraiche. La programmation fait pour l’instant étant d’un parcours sans fautes » (Valérie Ktourza, L’Art Contemporain à Paris, Paris, Éditions Parigramme, 2004, 2009, p. 75.).
Pour Philippe Dagen « À l’initiative de Cannelle Tanc et Frédéric Vincent, ils ont commencé par créer une association, Immanence, et par lui trouver une adresse […] Fort bien : on ne sait que trop combien, en France, l’art contemporain a besoin d’initiatives ». (Philippe Dagen, Gagnez des œuvres d’art à la tombola d’Immanence, Paris, Le Monde, 28 janvier 2000).
Ce positionnement en marge, décalé des autoroutes de l’art contemporain, est souligné par Jean-Louis Pinte : « Quand de jeunes artistes prennent leur destin en main, ils deviennent souvent audacieux. Deux d’entres eux, Cannelle Tanc et Frédéric Vincent […] sont à l’initiative d’un espace d’un style nouveau ». (Jean-Louis Pinte, Nouvel espace, La Tombola de l’Art, Le Figaroscope, Paris, Janvier 2000).

À Immanence, chaque exposition est conçue selon des approches différentes. Pour la production des pièces, nous faisons appel à des partenariats publics et privés, le tout avec un budget de fonctionnement modeste. Immanence est perçu par les artistes comme un moteur potentiel dans leur parcours professionnel. Il en est de même pour les galeristes, collectionneurs, institutions et curateurs, venant prendre le pouls de la création actuelle : « D’ailleurs de plus en plus de galeristes et de conservateurs de musées viennent ici en repérage » souligne Valérie Ktourza.

Chez les artistes-curateurs fondateurs de lieux, l’activité artistique vit en parallèle à la gestion d’un lieu d’exposition. Ces artistes-curateurs énoncent un mode de fonctionnement alternatif à un modèle linéaire. Une exposition, organisée par un artiste ou à l’initiative d’un artist-run spaces, peut-être un modèle de production et de conception. Les lieux indépendants permettent dès lors, à de nombreux artistes de poser les bases de leurs réflexions. L’artiste-curateur propose un modèle transversal, liant ses compétences historiques, philosophiques à ses expériences artistiques, allant de la conception à la réalisation. Quelle raison mène des artistes à vouloir montrer d’autres artistes ? Souvent, il s’agit de faire écho, de proposer au public un regard différent nourri d’expériences, de rencontres, d’envies. La ligne directrice des artistes-curateurs est une courbe, souvent insaisissable. Le défi est la réussite de la couverture d’un spectre très large, d’un champ hétérogène tout en restant attentifs et inventifs. Pour eux, l’exposition se présente comme un désert à peupler. La double activité se nourrit d’expositions vues mais aussi organisées, faisant avancer rapidement les artistes-curateurs.

Un lieu de diffusion et d’accompagnement de projet → 

Expositions in situ
Immanence est un lieu d’exposition, de diffusion, de promotion et de médiation en faveur de la création contemporaine, rendant compte des divers champs artistiques actuels. Immanence multiplie les expériences et les partenariats avec d’autres entités culturelles françaises et étrangères aussi bien privées que publiques. Immanence accueille et propose des cartes blanches à des artistes et à de jeunes curateurs. Sont organisé entre 4 et 6 projets par an, des expositions personnelles et collectives.
Immanence accueille aussi des évènements ponctuels, performances, conférences, concert, projections de film et débats.
Réseaux d’échange, de diffusion
Immanence est un outil à la disposition des artistes. Nos activités sont ancrées dans le paysage culturel. Des partenariats sont mis en place avec différentes structures culturelles française et étrangères.

Partenariats avec des Artist-run spaces
2 pièces cuisines, 3015, Windows fenêtre d’art, La galerie (Paris), La périphérie (Malakoff), Synesthésie (Saint-Denis), Le Poctb (Orléans), SMP (Marseille), Capri, LindnerHuber, Scotty Enterprise, Copyright (Berlin), Künstlerhaus-FRISE, (Hambourg), mamashow (Rotterdam), BellStreet Project (Vienne), Bell Street (Vienne), Projector (Rotterdam), Flat 1(Vienne).

Partenariats avec des Galeries
Galerie Nelson-Freeman, Claudine Papillon, galerie Jean Brolly, galerie Olivier Robert, galerie Sémiose, galerie Esther Wœderhœf (Paris), galerie Cortex Athletico (Bordeaux), Ampersand (San-Francisco).

Partenariats avec des Institutions
Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, le Grand Palais, le Cnap, L’unesco, L’Institut Hongrois de Paris, l’Institut Français de Prague, Musée Zadkine, le Musée de la Poste, la Cité internationale des arts, La Maison européenne de la photographie, Rencontres internationales Paris Berlin, (Paris), Astérides de la friche Belle de Mai (Marseille), l’Akademie der Kunste (Berlin), l’ Institut de Chimie Macromoléculaire Académie des Sciences (Prague).

Partenariat avec des Fondations
La Dena Foundation for Contemporary Art, La Fondation d’entreprise Ricard, la Fondation suisse de la Cité internationale universitaire (Paris).

Partenariat avec les écoles d’art et universités :
École des Beaux-Arts de Paris, École des Beaux-Arts de Versailles, École Nationale de Beaux Arts de Bourges, École des arts de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université Paris IV-Sorbonne, Université de Lille, Faculté Michelet, Paris VI, Université Paris Diderot, Université de Dôshisha (Kyoto, Japon), New York University, École élémentaire du petit vaugirard, Montereau, Lycée André Malraux, Montereau.

Depuis 2005 nous participons à TRAM, le réseau public d’accès à l’art contemporain de l’Ile-de-France sous une invitation de Bernard Goy (Frac Ile-de-France).

Un lieu de médiation en faveur du public : Enfants/Groupes/Tous publics → 

A-ENFANTS
Des actions pédagogiques en faveur du jeune public.
Le projet pédagogique : un partage de connaissance.

Visites enfants (1 heure) :
Les enfants vont, par groupes, voir la (les) oeuvre(s) dans le but de découvrir l’exposition, le travail de l’artiste. Ensuite, assis au coeur de l’exposition, chacun peut expliquer aux autres ce qu’il a vu, ou compris. Les médiateurs apportent explications, précisions, et peuvent élargir le propos de l’exposition à des questions plus générales sur l’art ou le statut des “objets” présentés.

Visites scolaires, centres de loisirs (1 heure) : À la suite d’une introduction présentant les grands axes du projet et de l’exposition, chacun est invité par groupes, à découvrir les œuvres dans le but de découvrir l’exposition. Ensuite, nous proposons de se réunir au cœur de l’exposition et chacun explique aux autres la (les) œuvre(s). En fonctions des formations et du niveau de chacun, les médiateurs apportent des précisions lorsque les questions se posent. Les médiateurs apportent explications, précisions, et peuvent élargir le propos de l’exposition à des questions plus générales sur l’art ou le statut des œuvres présentées. La médiation se conclut sur la question de l’échange réalisé comme continuité de l’exposition.

La visite peut-être prolongée par un atelier pratique d’initiation à l’art contemporain et/ou par la rencontre avec le(s) commissaires d’expositions, ou avec le(s) artiste(s).

Les ateliers sont organisés sur la rencontre des enfants avec de jeunes artistes. Les ateliers sont destinés à éveiller les enfants à l’art contemporain.
Les cours sont conçues comme un accompagnement de la programmation d’Immanence, se déroulant au milieu et en rapport avec les expositions. Notre objectif est de donner aux enfants les moyens de maîtriser les outils artistiques traditionnels et contemporains. Une grande palette de médium est proposée aux enfants : découpage, modelage, vidéo, son, multimédia.

Documentation :
Un dossier pédagogique, un dossier de presse, une présentation de l’exposition et des artistes sont à disposition des enfants et des accompagnateurs afin de prolonger la découverte de l’exposition.

Avant d’accueillir un groupe, un rendez-vous de travail est mis en place afin de préparer la rencontre.
Les outils de communications sont présentés en amont de la rencontre afin de préparer la rencontre et la visite de l’exposition.

B-GROUPES
Les visites commentées (1 heure)
La médiation commence par une présentation du lieu et des grands axes du projet d’exposition. Ensuite chaque œuvre peut-être décrite dans le but de laisser le visiteur former des interprétations personnelles. Des questions sont posées afin de porter la curiosité du visiteur vers d’autres manières de voir les œuvres et de faire les liens entre elles. Les visites peut être faites ou suivies par les commissaires d’exposition ou le(s) artiste(s), les documents de communication sont mis à disposer des visiteurs.
Les visites de groupes s’adressent aux associations, centres de loisirs, comité d’entreprises,...

actions écoles & université 2001/2017 → 

2019

>Vidéo expérience
Étudiant(e)s Pratique de la vidéo, école des arts de la Sorbonne, promotion 2019 L2.
École des arts de la Sorbonne

>Colloque international
"L’œuvre multipliée au prisme de la collection et de l’archive"
Le samedi 18 mai et le dimance19 mai 2019.
Un colloque organisé par Océane Delleaux du Centre d’Étude des Arts Contemporains, Université de Lille, Frédérique Lecerf de l’Université Paris Diderot, Cannelle Tanc et Frédéric Vincent d’Immanence, Centre d’art et de recherche.

>E3, Exposition – Expérience – Existence
du 28 mars au 4 avril 2019
Vernissage le jeudi 28 mars, de 18h à 21h.
Étudiants des Beaux-Arts de Versailles, 1ères années, promotion 2018-1019.

>Résidence d’artiste en établissement scolaire, Montereau
Carte ego-graphique et espace de vie réinventé. Comment réenchanter le territoire ?
École élémentaire du petit vaugirard
Lieu de résidence CourCommune

2018

>L’Asymétrie des forces, Hugo Brégeau
Soutenance d’un diplôme Supérieur de Recherche en Art de niveau doctorat, initié par l’École européenne Supérieur de l’Image en partenariat avec l’École Nationale de Beaux Arts de Bourges.
le 24 mai à 17h.

>Dimension(s)
Étudiants, École des Arts de la Sorbonne, Paris 1, L2, promotion 2017-1018
du 31 mai au 2 juin 2018

2017

>Les commandants
Exposition organisée en partenariat avec l’École des Beaux-Arts de Versailles.
Du 5 au 7 octobre 2017
Deux expositions dans deux espaces de la scène contemporaine, deux lieux : Paris et Versailles, deux événements majeurs de la scène artistique : La Nuit Blanche et La Nuit de la Création.

>Les chemins de l’invention
Étudiants, École des Arts de la Sorbonne, Paris 1, L2, promotion 2016-2017
du 27 au 29 mars 2017

2016

>Soutenance de Thèse Frédéric Vincent
En relation avec l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, L’université de Strasbourg et L’Université Paris 8.
Le 2 décembre 2016

2015

>CHERS OBJETS
En partenariat avec la promotion du Master 2 professionnel "L’art contemporain et son exposition" de l’Université Paris IV-Sorbonne.
Du 12 au 28 juin 2015

>Résidence en établissement scolaire
Territoire égographique
Lycée André Malraux, Montereau
Cannelle Tanc

2013

>Il est amusant de prendre le train pour les petites villes
Échange universitaire entre l’UFR d’Arts Plastiques de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et la New York University.
du 30 mai au 22 juin 2013

2004

>Programmation orientée art
Colloque organisé sous la direction de Anne-Marie DUGUET, professeur à l’Université de Paris 1, directrice du CRECA et David-Olivier LARTIGAUD, enseignant à l’Université de Paris 1.
Du 19-20 mars

2001

>Jacky Chriqui
En partenariat avec la faculté Michelet, Paris VI.
Une exposition dans le cadre de SITUATION.

Nos partenaires →